Les dessous de la fin de la grève de la faim de Ousmane Sonko

Ousmane Sonko a mis fin à sa grève de la faim.

Ousmane Sonko

L'opposant sénégalais emprisonné Ousmane Sonko, dont la candidature à la présidentielle 2024 est compromise, a mis fin à la grève de la faim qu'il menait depuis mi-octobre, ont annoncé deux responsables de son parti qui lui ont rendu visite en prison.

"Il a suspendu l'utilisation de cette arme pour l'instant", a déclaré dans un message transmis à l'AFP le député Guy Marius Sagna. Habib Sy, responsable au sein de la coalition de l'opposant, a aussi publié un texte authentifié sur sa page Facebook qui confirmait l'information. "En tout état de cause, il les reprendra, au gré des contextes", a-t-il néanmoins précisé.

Les deux hommes ont tous les deux assuré que M. Sonko était "en excellente forme" et avait le moral. M. Sonko avait été admis en réanimation dans un hôpital de Dakar après avoir perdu connaissance fin octobre et était à ce moment-là dans un état "très faible", selon ses avocats.

Il appert que le maire de Ziguinchor abandonne sa grève de la faim pour réorganiser son parti politique dissous. Selon Assane Samb, journaliste politique, les décisions de la CEDEAO et de la Cour Suprême "sont les causes de ce changement du leader de Pastef qui fait maintenant de la realpolitik". « Avec le verdict de la Cour suprême, Sono se retrouve dans une bataille politique beaucoup plus modérée qui consiste justement à envisager l'éventualité d'un plan B et peut- être pourquoi pas d'un plan C », analyse-t-il.

« Il a abandonné non seulement la résistance populaire, mais également il a peu d'espoir par rapport au verdict qui est attendu par rapport au tribunal d'instance ».

ADVERTISEMENT

A rappeler que la Cour suprême au Sénégal a cassé vendredi dernier un jugement qui avait remis M. Sonko dans la course à la présidentielle en annulant sa radiation des listes électorales prononcée à la suite d'une condamnation dans une histoire de mœurs.

Cette affaire doit être rejugée à une date encore inconnue alors qu'une course contre-la-montre est enclenchée pour l'opposant s'il veut obtenir ses parrainages, une étape indispensable pour être candidat à la présidentielle.

L'ex-PASTEF appelle depuis dimanche à soutenir également Bassirou Diomaye Faye, lui aussi derrière les barreaux. "Parrainer Diomaye, c'est parrainer Sonko", dit une campagne du parti. La formation politique continue toutefois de dire que la candidature d'Ousmane Sonko est le plan A.

Sonko, 49 ans, troisième de la dernière présidentielle, a été déclaré coupable le 1er juin de débauche de mineure et condamné à deux ans de prison ferme. Ayant refusé de se présenter au procès qu'il dénonçait comme un complot pour l'écarter de l'élection, il a été condamné par contumace.

Sa condamnation avait provoqué les troubles les plus meurtriers depuis des années au Sénégal. Il a été écroué fin juillet sous d'autres chefs d'inculpation, dont appel à l'insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l'État.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Les nominations du conseil des ministres

Les nominations du conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

ADVERTISEMENT