Présidentielle 2024 : les exigences de Yewwi Askan Wi

Lors d'une conférence de presse tenue ce lundi, les députés du parti Yewwi Askan Wi ont soulevé des inquiétudes concernant l'intégrité du prochain scrutin présidentiel. Ils ont vivement plaidé en faveur de la nomination d'une autorité impartiale pour garantir des élections libres, transparentes et inclusives.

Yewwi Askan Wi face à la presse

Dans ce contexte, l’opposition a exprimé son désaccord quant à la capacité du ministre de l'Intérieur, Antoine Félix Diome, à organiser ces élections, et a insisté sur la nécessité de le remplacer.

« Aujourd’hui on nous interdit de prononcer des mots comme résistance, la lutte. Cependant nous allons continuer encore et encore à crier pour les libertés démocratiques. Ousmane Sonko reste et restera le candidat unique », a déclaré le président du groupe parlementaire Yewwi Askan Wi, Biram Souley Diop.

Ameth Aïdara, maire de Guédiawaye et membre de cette coalition, a exprimé sa consternation quant à l'interdiction persistante de leurs rassemblements et points de presse par les autorités locales. Il a souligné l'occupation du siège du PRP (Parti Républicain pour le Progrès) pendant un mois, qualifiant cette situation de déplorable. Sur un ton ironique, les députés ont appelé la gendarmerie à prendre en charge le loyer du siège de Déthié Fall.

  • Tensions à Fass Boye

Yewwi Askan Wi a annoncé avoir effectué une visite à Fass Boye pour présenter ses condoléances aux familles endeuillées.

ADVERTISEMENT

« Nous n'encourageons pas l'émigration clandestine. Cependant, les ressources sont mal réparties et les jeunes sont désespérés. Ils sont en quête d'une meilleure vie », ont-ils conclu.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT