Quand Yoro 'engraisse' Sonko

« La guerre n’est que la simple continuation de la politique par d’autres moyens. » Célèbre maxime de Carl Von Clausewitz.

Yoro Dia ministre et politologue

Elle est répétée selon les ambitions de ceux qui l'interprètent. Le sport serait même une continuation de la politique par d'autres moyens. La formule la plus courante est celle-ci : « la politique (ou la diplomatie) est la continuation de la guerre par d'autres moyens ». «Pastef parle souvent de projet. Moi, je l’ai toujours dit et écrit ; il y a des projets dans le projet. Je suis de ceux qui pensent que l’un des projets dans le projet de Pastef est la continuation de la guerre perdue par le MFDC par d’autres moyens, notamment la politique ».

Dia explique ici qu'une partie de Pastef travaille pour une scission du Sénégal. Il est un parti indépendantiste. En d’autres termes, il est d’avis que ce que le Mouvement des Forces démocratiques de Casamance n’a pas réussi en faisant la guerre, Pastef veut le réussir en faisant la politique. Yoro a déconné en versant dans la stigmatisation. C’est un chemin d’une facilité déconcertante. Il ne nécessite aucun effort.

Le ministre l’a emprunté avec une légèreté, comme le font d’autres partisans du régime qui trouvent leur « salut » dans ces attaques. Car, même si Ousmane Sonko est originaire de la Casamance, il n'en est pas moins connu ailleurs. Si le Diola qu’il est mobilise au Baol à Mbacké, soulève les foules à Saint-Louis, dans la diaspora, organise des meetings courus aux Parcelles Assainies et à Keur Massar dans la lointaine banlieue dakaroise, il est clair qu’il ne peut pas réduire son ancrage sur une région ou une ethnie.

L’évocation du Mfdc par les adversaires du maire de Ziguinchor est une entreprise de déstabilisation d’une formation politique. L’exercice n'est pas simple. Il risque d’être contre-productif. Certaines formules font mal à tout un groupe, toute une ethnie au-delà des militants. Il a déjà connu des échecs.

Si Pastef et son leader ne sont pas « tués » par les piques assassines, le constat est qu’ils sont engraissés. Tout ce qui ne tue pas, engraisse, dit-on. Yoro qui n'est pourtant pas bête, fait partie des « engraisseurs ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT