ADVERTISEMENT

Sénégal : un faux député arrêté à l'Assemblée nationale

Les affaires d'usurpation de fonction se suivent ces derniers jours et se ressemblent presque toutes sur un plan : elles ne touchent pas seulement les hommes de tenue.

Assemblée nationale du Sénégal

Une scène insolite a eu lieu hier lors du vote du président de l’Assemblée nationale. Un individu d’une soixantaine d’années environ et répondant au nom de Coumba Ndoffène Ndiaye a été exclu de la salle de l’hémicycle.

ADVERTISEMENT

Il a été pris en flagrant délit parce qu’il se faisait passer pour un député de la coalition Yewwi Askan Wi. Démasqué par l'opposition parlementaire, la gendarmerie est intervenue pour l’exfiltrer de la salle.

Il a même pris la parole au pupitre en entamant ses propos par un « chers collègues »., Coumba Ndoffene a été relâché après son audition par les gendarmes.

Selon le député Abdou Mbow, « il s’est introduit frauduleusement depuis ce matin dans la salle de plénière. Il a déclaré qu’il est un député de Yewwi Askan Wi. Il a pris un prince et a même pris la parole. Une première dans l’histoire du Sénégal ».

Pour le moment on ne connait comment cet individu a pu tromper la vigilance des gardes et l'administration. L’enquête de la gendarmerie va révéler ce qui s’est réellement passé.

Une autre scène insolite : lors de l’intervention du député Cheikh Seck, Barthélémy Dias a tout bonnement arraché le micro au député socialiste Cheikh Seck alors que ce dernier accusait les membres de Yewwi de violeurs. Ce, en faisant référence à l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko.

Cheikh Seck a évoqué l’affaire Ndiaga Diouf et celle de Adji Sarr. Sans aller par quatre chemins, le parlementaire a accusé l’opposition d’être un repaire de violeurs. « Vous êtes des violeurs », crie le parlementaire.

Le geste de Barth’ n’a pas été approuvé par Thierno Alassane Sall de la Coalition « Aar Sénégal. » « Un député qui aspire à assurer la présidence de l’Assemblée nationale s’est même permis d’arracher, publiquement, le micro. On peut ne pas être d’accord, mais on n’a pas le droit d’arracher le micro de l’Assemblée nationale. Il n’a pas le droit. Cela installe la démocratie dans un climat qui n’est pas propice à la reconstruction du pays », a recadré le parlementaire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

NBA : Les Bucks battent le Heat grâce à un triple-double d'Antetokoumpo

NBA : Les Bucks battent le Heat grâce à un triple-double d'Antetokoumpo

Real Madrid : 18e blessure pour Eden Hazard

Real Madrid : 18e blessure pour Eden Hazard

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

ADVERTISEMENT