Le gouvernement qui entend supprimer certaines villes va trouver sur son chemin la Fédération générale des travailleurs du Sénégal (FGTS). Très remontés contre cette décision annoncée, Sidya NDIAYE et Cie, qui indiquent s’être réunis dans ce sens, entendent s’opposer à ce projet.

« La suppression des villes qu’on agite ces temps-ci, pose vraiment problème. Nous ne pouvons pas comprendre que cette question puisse se poser. Dire que la ville n’a pas d’existence légale, cela veut dire que pendant 7 ans, on a laissé une structure qui n’a pas de base légale, fonctionner. Nous travailleurs des collectivités locales, n’allons pas accepter, l’inacceptable », assène Sidya NDIAYE .

Selon le SG de la FGTS, il n’est pas question de laisser le gouvernement dérouler sa stratégie. « Nous ferons face. Nous avons sonné la grande mobilisation. L’intersyndicale s’est réunie pour dégager les stratégies de riposte. A chaque fois, ce sont les travailleurs qui payent les pots cassés. Trop, c’est trop. Pour des questions de politique politicienne, on veut supprimer les villes. Nous nous battrons. Nous avons l’impression devoir un pouvoir autocratique où les dirigeants font ce qu’ils veulent », indique-t-il.

Pour le syndicaliste, ce sont les travailleurs des collectivités locales qui seront les premiers à pâtir de cette décision. « On a déjà assisté à des drames sociaux. Il ya toujours des travailleurs qui portent les séquelles de l’Acte 3 de la décentralisation. Combien de communes sont dans l’incapacité totale de prendre en charge les questions sociales ? Maintenant, vouloir supprimer les villes qui ont un lot de personnels assez important, c’est vouloir sacrifier des travailleurs. Ce projet de suppression des villes ne repose sur rien du tout. Il faut que les gens soient sérieux », martèle Sidya Ndiaye. Pour lui, « sortir un projet comme ça, comme un magicien sort de son chapeau un lapin, est une aberration ». Car, indique-t-il, « il y a des enjeux extrêmement importants », et les organisations syndicales n’accepteront pas « d’être des agneaux du sacrifice dans un règlement de compte politique».

A en croire M. Ndiaye, « une telle réforme doit être bien pensée et bien réfléchie. Elle ne doit pas obéir à des contingences politiques ou à des règlements de compte politique. Cela est inacceptable ». Selon lui, il devait avoir une commission nationale pour réfléchir sur ces questions-là. Malheureusement, déplore-t-il, on a l’impression que ceux qui nous dirigent ne s’intéressent qu’au comment se partager le gâteau. « Les travailleurs des collectivités, comme un seul homme, seront au front pour faire face au monstre. Nous ne reculerons devant rien pour défendre nos acquis », lance Sidya NDIAYE qui qualifie le projet de « farce de très mauvais gout, qui n’obéit qu’à une logique politicienne ».