Escroquerie : Il encaisse 20 millions FCFA pour des véhicules inexistants

Ibrahima H. publiait de fausses annonces de vente de voitures sur le réseau social Facebook.

vente-voiture-doccasion

C’est sur ces entrefaites que Joseph Barthélémy C., Abibatou A. et Maguette D. l’ont contacté pour acquérir des véhicules. Ils verseront respectivement 6 millions, 2,5 millions et 12,1 millions francs. Malheureusement, ils n’ont jamais reçu leurs commandes. Les investigations de Abibatou A. lui ont permis de savoir que le mis en cause n’a jamais envoyé l’acompte de 2,5 millions francs à son prétendu fournisseur établi à Dubaï.

Quant à Maguette D., l’escroc lui a fait croire qu’il a remis ses 12,1 millions francs à son fournisseur qui vit au Canada. Mais, lorsqu’il a joint ce dernier, il a appris que Ibrahima H. a détourné une partie de son argent. Suite à la plainte des trois victimes à la brigade de la gendarmerie de la Foire, Ibrahima H. a été neutralisé, puis incarcéré le 23 juin dernier. Devant le tribunal des flagrants délits de Dakar hier, le prévenu à la morphologie fine, a déclaré qu’il a été lui-même victime d’arnaque. À l’en croire, il a envoyé les 12,1 millions de Maguette D. et les 6 millions de Joseph Barthélémy C. à Alé Lô.

Revenant sur les circonstances de sa rencontre avec celui-ci, il a expliqué : « Alé Lô était venu chez moi rendre visite à ma sœur. Il m’a fait croire qu’il vivait au Canada et qu’il est vendeur de véhicules. A chaque fois qu’un client me donnait son argent, j’y défalquais ma commission, le reste je l’envoyais à Alé Lo. C’est après ma plainte que j’ai su qu’il n’a jamais mis les pieds au Canada grâce aux réquisitions des agents de la brigade de cybercriminalité ». Cependant, le jeune père de famille a admis avoir utilisé les 2,5 millions francs de Abibatou A. à des fins personnelles.

Maguette D. a précisé qu’il a été mandaté par sa sœur et son ami, lesquels voulaient disposer d’un CX-5 2017 et d’une Hyundai Sonata 2017. À son tour, Abibatou A. a affirmé que le comparant lui avait assuré que le véhicule était disponible. Pour le prix, ils sont tombés d’accord sur 5 millions francs.

ADVERTISEMENT

Constitué pour la défense des intérêts de Joseph Barthélémy C., Me Jacques Alphonse a informé que son client a lancé une activité de pâtisserie. Pour soutenir cette activité, il a commandé un véhicule. « Je pensais que le prévenu allait faire profil bas. L’aider c’est lui faire comprendre qu’il ne peut pas continuer à gruger d’honnêtes citoyens. Qu’est-ce qui prouve qu’il a envoyé les 6 millions à Alé Lô ? Ça ne ressort pas du dossier. Il est toujours dans le déni. Il ne s’arrêtera pas si on ne l’arrête pas », s’est offusqué l’avocat.

En guise de réparation, il a réclamé 8 millions francs. Conseillère de Abibatou A., Me Khady Sèye a estimé que le délit d’escroquerie est constitué dans la mesure où le prévenu s’est fait passer pour un vendeur de véhicules alors qu’il ne dispose pas d’un parking. En outre, il a utilisé les 2,5 millions francs de Abibatou à d’autres fins. Pour la réparation du préjudice, la robe noire a demandé 4 millions francs.

Par la voix de son avocat, Maguette D. a réclamé 20 millions francs, à titre de dommages et intérêts. Pour le substitut du procureur, tous les éléments constitutifs de l’escroquerie à grande échelle sont réunis. Il a invité le tribunal à condamner le prévenu à deux ans de prison ferme. De l’avis de Me Aboubacry Barro, un des conseils de la défense, le prévenu a commis l’erreur d’avoir fait confiance à Alé Lô. À l’issue des débats, le juge a prononcé une peine ferme de six mois à l’encontre du prévenu, lequel doit rembourser aux parties civiles les montants dus.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT