Mohamed Tounkara, 1er Sénégalais au sommet du Mont-Blanc: 'ce que m'a appris la montagne'

Mohamed Tounkara est ingénieur en informatique, ancien enfant de troupe du Prytannée militaire de Saint-Louis. Il vient de planter le drapeau du Sénégal à près de 4 810 m d'altitude. Cette ascension a duré quatre jours. Il s'entretient avec Rfi sur les effets que la montagne a fait sur lui.

tounkara

Étiez-vous préparé à cette expédition ? Vous êtes très sportif, mais la montagne, c'est un milieu que vous connaissiez moins ?

Je ne connaissais pas vraiment les montagnes, ni vraiment la neige, parce que je suis sénégalais. Je suis né au Sénégal, j’ai grandi au Sénégal. J’ai découvert les montagnes avec le snowboard. Mon beau-frère m’a fait découvrir le ski et le snowboard. Après, juste descendre les pistes des montagnes ne me suffisait pas, donc je me suis dit qu’il fallait que je commence à les gravir.

Dans les vidéos, on voit que vous parlez de la pire journée de votre vie. Qu’est-ce qui a été le plus éprouvant pour vous ?

Le plus éprouvant, c'étaient les dangers : les crevasses que je devais sauter, les chutes de pierres que je devais éviter, les passages très raides que je devais gérer. Ces dangers-là étaient un vrai challenge pour moi. Il y avait aussi le manque d’oxygène, parce qu’à 4 000 mètres d’altitude, il y a moins d’oxygène dans l’air, ce qui était très éprouvant.

Par quoi s'est traduit ce manque d’oxygène ?

ADVERTISEMENT

On est moins performant, on prend plus de temps à faire les choses, on prend de moins bonnes décisions, on est très fatigué, on a mal à la tête et on n’arrive pas à dormir.

Vous parliez de ces insomnies dans le refuge ?

On n’arrive pas à dormir parce que le cœur pompe plus en altitude. On a des maux de tête, on a souvent des vertiges. C’est pour ça qu’il faut s’acclimater, c’est-à-dire rester au moins deux trois jours en altitude pour laisser le corps s’adapter au manque d’oxygène.

Quel enseignement tirez-vous de cette expédition ?

La montagne m’a appris à être humble, parce que j’ai vu ma vie défiler à plusieurs reprises. J’ai aussi créé un autre moi avec qui je discute, qui m’aide à comprendre les émotions, à me surpasser, à voir la vie autrement, à mieux l’apprécier. Quand on est en montagne, on est tout le temps exposé à la mort. C’est avec la souffrance qu’on grandit.

Quelle est la plus grande épreuve que vous ayez surmontée ? Avez-vous envie de recommencer ou de vous imposer d’autres épreuves de ce type ?

Plus le risque est grand, plus grande est la satisfaction. La prochaine expédition sera le Kilimandjaro, la plus haute montagne d’Afrique.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Mbour : l’incroyable histoire du couple qui a donné naissance et baptisé sa fille en prison

Mbour : l’incroyable histoire du couple qui a donné naissance et baptisé sa fille en prison

Parfums volés : 2 ans de prison avec sursis pour Gris 2

Parfums volés : 2 ans de prison avec sursis pour Gris 2

Suspendu 4 ans, Pogba prend la parole

Suspendu 4 ans, Pogba prend la parole

'Je vais quitter TikTok: la triste annonce du comédien Boss

'Je vais quitter TikTok": la triste annonce du comédien Boss

Pawlish Mbaye sur le mariage de Guy Marius Sagna:  'c'est une stratégie de Macky Sall'

Pawlish Mbaye sur le mariage de Guy Marius Sagna: 'c'est une stratégie de Macky Sall'

Zac Mbao: un couturier arrêté avec 150 cornet de yamba

Zac Mbao: un couturier arrêté avec 150 cornet de "yamba"

Manifestations réprimées au Sénégal : la grave révélation de Al Jazeera

Manifestations réprimées au Sénégal : la grave révélation de Al Jazeera

Un candidat à la Présidentielle serait un homosexuel, l'autre un narcotrafiquant

Un candidat à la Présidentielle serait un homosexuel, l'autre un narcotrafiquant

Marché central de Mbour : des cantines consumées, 100 millions de pertes

Marché central de Mbour : des cantines consumées, 100 millions de pertes

ADVERTISEMENT