Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

La grande majorité des médecins dans le monde sont des personnes compétentes, responsables et dignes de confiance, mais cela ne signifie pas que des erreurs ne sont pas commises dans le cadre de leur dure profession.

Bébé

Il s'agit parfois d'une erreur innocente, parfois d'une faute professionnelle malveillante, mais cela nous donne toujours la chair de poule. Une mère originaire de l’État de Géorgie, aux États-Unis, a intenté, mercredi, une action en justice contre l’hôpital où elle a accouché et les personnes impliquées, alléguant que son bébé aurait été «décapité» pendant sa naissance. A l’accouchement, le médecin aurait alors « tenté d'accoucher par voie vaginale en utilisant différentes méthodes, notamment en appliquant une traction sur la tête du bébé».

L’enfant ne serait cependant pas descendu correctement et ses épaules seraient restées coincées dans le canal vaginal, d’après la plainte. Le médecin aurait « négligemment appliqué une traction excessive » sur la tête et le cou du bébé. “Le médecin n'a pas pratiqué de césarienne en temps voulu et de manière appropriée, ce qui a entraîné la décapitation et la mort du bébé”, a indiqué la plainte déposée par les parents du bébé.

Lors de cette visite, leur bébé était enveloppé dans une couverture et sa tête reposait sur son corps de telle sorte que les personnes qui le voyaient ne pouvaient pas identifier qu'il avait été décapité” a laissé entendre la porte parole de la famille. De son côté, le centre hospitalier a déclaré qu’il n’était “pas en mesure de discuter des soins et du traitement de patients spécifiques” en raison des lois.

Les plaignants réclament un procès et demandent des dommages et intérêts, notamment pour la valeur de la vie du bébé, mais aussi pour les frais de funérailles et d'enterrement. Les autorités poursuivent leur enquête afin de découvrir les détails de cette terrible tragédie.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT