Walfadjri attaque la CNRA dans un nouveau rebondissement

À la suite de la décision favorable de la première chambre administrative de la Cour suprême annulant la suspension de son signal par le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA), le groupe Walfadjri se mobilise pour réclamer réparation des préjudices subis.

Walfadjri

Selon les informations relayées par Walf Quotidien, Cheikh Niass, PDG du groupe, estime que la semaine de suspension a engendré des pertes financières considérables, s'élevant à des dizaines de millions de francs CFA. Face à cette situation, le groupe de presse a exprimé son mécontentement en organisant un sit-in devant ses locaux pour protester contre cette mesure.

Cheikh Niass souligne également une autre source de préjudice, indiquant que lors de la répartition des subventions à la presse, le montant alloué au groupe est passé de 70 millions en 2022 à seulement 20 millions en 2023. Cette réduction, explique-t-il, a été justifiée par le ministère dirigé par Me Moussa Bocar Thiam, en invoquant les sanctions infligées au groupe.

Cependant, le PDG de Walfadjri défend vigoureusement son groupe, citant les textes qui précisent qu'aucune pénalité ne peut être appliquée sans une sanction du Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie (CORED). Malgré cela, affirme Cheikh Niass, le ministère de la Communication, responsable de la répartition des subventions, a persisté dans sa logique en mettant en avant les mesures du CNRA.

Après l'annulation de la décision du CNRA, Cheikh Niass affirme que le groupe Walfadjri se considère en droit de réclamer la restitution de ses fonds pour compenser partiellement les préjudices subis. Il souligne que le recours gracieux déposé auprès des services du ministre Moussa Bocar Thiam est resté sans réponse jusqu'à présent. Le groupe maintient sa détermination à obtenir réparation pour les dommages causés pendant la période de suspension.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Barth' et Bougane veulent voir Sonko mourir en prison

"Barth' et Bougane veulent voir Sonko mourir en prison"

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

ADVERTISEMENT