Procès Benjamin Mendy : révélations sordides

Lors du procès de Benjamin Mendy, il a été dévoilé le mode opératoire sur ses victimes qui fait froid dans le dos. Sordides révélations.

Benjamin Mendy lors de son procès le 23 mai 2022

C'est l'un des procès de l'année en Angleterre et toute la presse du pays ne parle que de ça. Depuis le 1à août dernier, l'ancien champion du monde Benjamin Mendy est jugé par le tribunal de Chester en Angleterre, pour une bien sordide affaire. Il y a près d'un an, le défenseur de 28 ans a été arrêté par la police pour des accusations le concernant. Au final, 7 femmes l'accusent de 8 viols et d'une agression et avec son complice Louis Saha Matturie (qui n'a aucun rapport avec l'ancien joueur Louis Saha), ils comptabilisent 22 chefs d'accusation et continuent de plaider non coupable à chacun d'entre eux.

ADVERTISEMENT

Dans son édition du jour, Le Parisien donne des détails sur l'affaire et notamment la façon dont Benjamin Mendy et son acolyte auraient mis en place un système bien rodé pour attirer les femmes et commettre leurs crimes. Louis Saha Matturie aurait été chargé de ramener les femmes dans le manoir du footballeur, bien isolé dans la banlieue de Manchester. Ce dernier aurait même proposé à une des victimes de lui donner de l'argent pour qu'elle vienne passer la soirée chez le sportif "au lieu de travailler dans une boîte de nuit", rapportent nos confrères.

Benjamin Mendy avait l'habitude d'organiser de grosses fêtes au bord de la piscine, lors desquelles les règles étaient bien établies. Le téléphone portable de certaines des femmes invitées était confisqué, tandis que d'autres étaient enfermées dans une des pièces disposant d'un verrouillage de type panic room, dont il est impossible de s'échapper sans connaître le code.

ADVERTISEMENT

Pour parvenir à leurs fins, les deux hommes auraient usé d'alcool et de drogues afin de rendre leurs victimes inconscientes, précise Le Parisien. D'après eux, certaines femmes "étaient saoules, dormaient, ou se souvenaient de peu de choses ou de rien" à leur réveil. Un mode opératoire visiblement bien rodé et des pratiques qui se seraient étendues d'octobre 2018 à août 2021 si l'on en croit le procureur général lors de son plaidoyer.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Pikine : les Forces vives maintiennent la pression pour la tenue de l'élection présidentielle

Pikine : les Forces vives maintiennent la pression pour la tenue de l'élection présidentielle

Attaque terroriste au Burkina: au moins quinze fidèles tués dans une église

Attaque terroriste au Burkina: au moins quinze fidèles tués dans une église

Dialogue national : les candidats 'spoliés' disent OUI à Macky Sall

Dialogue national : les candidats 'spoliés' disent OUI à Macky Sall

OM : la punition de Pape Gueye levée

OM : la punition de Pape Gueye levée

Dimanche 25 février : les Sénégalais devait élire leur 5e Président

Dimanche 25 février : les Sénégalais devait élire leur 5e Président

Youssou Ndour dévoile les premières images de son clip en featuring avec Fally Ipupa

Youssou Ndour dévoile les premières images de son clip en featuring avec Fally Ipupa

Le documentaire « Dahomey » de Mati Diop remporte l’Ours d’or

Le documentaire « Dahomey » de Mati Diop remporte l’Ours d’or

Groupe Futurs Medias : la journaliste Binta Diallo démissionne

Groupe Futurs Medias : la journaliste Binta Diallo démissionne

Paris : la visite de Macron au Salon de l'agriculture vire au chaos !

Paris : la visite de Macron au Salon de l'agriculture vire au chaos !

ADVERTISEMENT