En conseil des ministres, ce mercredi, le Président de la République a annoncé la création d’un Conseil national pour l’insertion et l’emploi des jeunes (Cniej) dans la deuxième quinzaine de décembre 2020. Un service qui sera rattaché à la présidence.

« À ce propos, le Chef de l’Etat a donné des instructions aux Ministres en charge de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion, du Travail et de la Jeunesse de lui soumettre, par le biais du Ministre, Secrétaire général du Gouvernement, un projet relatif à la création du CNIEJ qui sera examiné, en Conseil des ministres avant la fin du mois de décembre 2020 », indique le communiqué du conseil des ministres.

Duplication des tâches et résultats mitigés

Le (Cniej) viendra s’ajouter à la pléthore de structures déjà existantes et dont les compétences se chevauchent. Certaines font même exactement la même chose, à quelques exceptions près, avec une efficacité discutable. C’est le cas par exemple des chambres de commerce comparées à l’Agence d’appui à la petite et moyenne entreprise (Adpme).

À côté de ces deux entités, il y a la Délégation à l’entreprenariat rapide (Der), le Programme Sénégalais de l’entreprenariat des jeunes (Psej), l’Agence de promotion et de développement de l’artisanat (Apda), sans oublier l’Agence nationale de la maison de l’outil (Anamo).

Les attentes sont d’autant plus considérables que les conditions précaires des jeunes Sénégalais ont été exacerbées par la pandémie de Covid-19, dévastatrice pour notre économie.