Affaire Sonko : Macky Sall vilipendé aux Nations unies

Après les avocats de l’opposant Ousmane Sonko, c'est au tour d’une délégation du F24 de rencontrer, ce mardi 29 août 2023, le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme pour alerter sur la situation politique du Sénégal.

haut-commissariat-des-nations-unies-aux-droits-de-lhomme-avocats-Ousmane-sonko

La délégation conduite par Mamadou Mbodj a remis à l’institution onusienne représentée par Ayéda Robert Kotchani, "un mémorandum sur l’état de la démocratie et des droits de l’Homme au Sénégal (restriction des libertés ,emprisonnements, tortures etc) ainsi qu’une lettre qui attire l’attention du secrétaire général des Nations unies sur le cas de l’opposant Ousmane Sonko ainsi que 1062 autres citoyens sénégalais".

La délégation était composée par ailleurs de Aliou Sané vice coordonnateur, Yolande Camara, Aminata Touré, Me Abdoulaye Tine, Fatou Blondin Diop. Ils ont alerté sur les conditions de détention arbitraires du leader du Pastef, parti politique récemment dissous, et sur la grève de la faim qu’il a entamée depuis son placement sous mandat de dépôt.

Rappelons que les avocats de Ousmane Sonko ont déposé un dossier de plus de 300 pages au Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Ils ont alerté sur les conditions de détention arbitraires du leader du Pastef, parti politique récemment dissous, et sur la grève de la faim qu’il a entamée depuis son placement sous mandat de dépôt.

« Rien ne sera impuni. En qualité d’avocats, nous ferons tout ce qu’il faut, nous utiliserons tous les instruments juridiques et diplomatiques qui sont à notre disposition pour mettre fin à ces pratiques dignes d’une république bananière » avait indiqué Me Said Larifou.

Selon lui, l’internationalisation du dossier au Haut commissariat des Nations Unies n’est qu’un début. Me Said Larifou et son confrère, Me Juan Branco, promettent de se rendre prochainement dans d’autres juridictions internationales.

ADVERTISEMENT

« Les instruments existent. C’est pour cela que le travail au niveau international doit être très intense », avait annoncé Me Larifou.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT