Renonciation à la nationalité : les éclairages d'un expert électoral

Un décret signé le 16 janvier 2024 et publié le lendemain 17 janvier sur le journal officiel français confirme la perte de la nationalité française de Karim Wade.

KARIM WADE

La double nationalité de Karim Wade, candidat de la coalition Karim K24 dont alimente la polémique. Le décret qui le déchoit de sa nationalité française a été publié ce 17 janvier 2024. Le décret attestant la perte de la nationalité française de Karim Wade a été signé par Gabriel Attal, Premier ministre français nommé la semaine précédente par Emmanuel Macron.

Il est indiqué dans ce décret que «(….) Wade (Karim, Meïssa), né le 01/09/1968 à Paris 15° (75015), LIB, 2023X 026226, dép. 99, Dt. 053/2, fait partie des personnes libérées de leur allégeance envers la France(…)». La publication rapide de ce décret soulève des questions, étant donné que la renonciation à la nationalité française est généralement un processus long et complexe.

Pour rappel, l’une des premières exigences de l’article 28 de la Constitution c’est d’être exclusivement de nationalité sénégalaise. Par conséquent, tout candidat doit fournir, parmi les neuf (9) pièces qui composent son dossier de candidature, une déclaration sur l’honneur par laquelle il atteste que sa candidature est conforme aux dispositions des articles 4 et 28 de la Constitution, qu’il a exclusivement la nationalité sénégalaise, tout comme il sait lire, écrire et parler couramment la langue officielle.

"C’est la date de la demande de renoncement à la nationalité qui est importante, pas la date de publication du décret"

Et selon Alioune Souaré, expert électoral, étant donné qu’aucun délai n’a été retenu pour l’obtention de cette nationalité exclusivement sénégalaise dans la loi, la date de la publication dudit décret ne menace guère la validité de la candidature de Karim Wade. La seule chose qui pourrait être reprochée à Karim Wade, c’est sa déclaration sur l’honneur attestant sa nationalité exclusivement sénégalaise déposé le 26 décembre dernier avec ses autres pièces de son dossier. Et là encore, explique M. Souaré dans des propos repris par Les Echos, si Karim Wade arrive à prouver qu’il a renoncé à sa nationalité française bien avant, il ne court aucun risque.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Déjeuner à l'Elysée : ce que  Diomaye et Macron se sont dit

Déjeuner à l'Elysée : ce que Diomaye et Macron se sont dit

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Classement Fifa : le Sénégal chute

Classement Fifa : le Sénégal chute

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

ADVERTISEMENT