Elle vide les comptes de sa tante pour financer ses 15 partenaires

C’est une affaire rocambolesque qui a été évoquée hier à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Binetou Diaw, en qui son homonyme vouait une confiance aveugle, a trahi celle-ci. Pour financer ses frasques amoureuses avec ses 15 partenaires, elle a vidé les comptes de sa tante dont elle avait procuration.

Orange's mobile money transfer services, Orange Money, is already used in Africa by 50 million customers across the continent

Le monde s’est écroulé sur les épaules Binetou Wahab Faye hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. La dame qui a traduit en justice sa nièce et homonyme pour abus de confiance était loin de savoir ce qui l’attendait. En effet, elle a été stupéfaite, en découvrant la vraie nature de celle qu’elle a éduquée et en qui elle vouait une confiance aveugle. Du fait de son âge et de son état de santé dégradant, elle a donné procuration à sa nièce Binetou Diaw, de gérer ses comptes.

Celle-ci, âgée de 21 ans, grignotait ses faibles revenus sur une durée de 1 an. Son forfait découvert, elle renseigne avoir volé à sa tante, car étant victime à des chantages de la part du nommé Abdoulaye Melo. Ce dernier, détenant à l’en croire ses vidéos obscènes, n’hésitaient pas à lui réclamer des sommes d’argent en le menaçant de les divulguer sur les réseaux sociaux. C’est sur ces entrefaites qu’il a lui aussi été arrêté.

Face aux juges, le déballage de Abdoulaye Melo a mis nu les attitudes obscènes de Binetou Diaw. Face aux magistrats, le jeune homme, chauffeur de son état, renseigne que depuis 2 ans, la demoiselle lui courait après. Pour l’attirer, elle n’hésitait pas à lui envoyer des vidéos d’elle toute nue. A cela s’ajoute, elle lui offrait de l’argent pour ses séances de shopping et autres.

D’après le jeune homme qui est poursuivi pour extorsion de fonds et collecte illicite d’images contraires au bonnes mœurs, à chaque fois qu’ils devaient se rencontrer, c’est Binetou qui lui payait le taxi et la chambre où ils se retrouvaient. Toutefois, il précise qu’il n’était pas son seul partenaire.

« Un jour, il a remis son téléphone à mon cousin pour qu’il le répare. Celui-ci qui entretenait une relation amoureuse avec elle a été surpris quand il a découvert le nombre de ses partenaires sexuels. Elles échangeaient des messages contraires aux bonnes mœurs avec 15 autres hommes. C’est ainsi qu’on a essayé de la rappeler à l’ordre en lui disant qu’on est au courant de la vie qu’elle est en train de mener. La vidéo que j’ai envoyée à un ami, c’est elle qui me l’a envoyé. Comme je voulais la garder, je l’ai envoyée à mon ami pour la transférer ensuite sur mon téléphone », a déclaré Abdoulaye Melo.

ADVERTISEMENT

Des allégations battues en brèche par Binetou qui reconnaît avoir pris l’argent de sa tante. Selon elle, Abdoulaye la faisait chanter, car détenant ses vidéos. Mais sa tentative de cacher sa personnalité à sa tante a été vaine quand la juge lui a rappelé ses déclarations tenues à l’enquête. « Tu dis qu’il te faisait chanter alors que c’est toi qui l’invitait dans des chambres de passe et tu lui payais le taxi. Comment peux-tu faire bénéficier à ton maître chanteur toutes ces largesses ? », lui a demandé la juge. « Je voulais juste lui demander de supprimer ces images. C’est la raison pour laquelle je l’ai invité dans ces appartements », a-t-elle soutenu.

Sous le choc, la dame Binetou Wahab Faye n’a pu retenir ses larmes. Chaque mot que prononçait sa nièce ou le prévenu Abdoulaye Melo la faisait sursauter. « C’est moi qui l’ai éduqué. Elle n’a jamais manqué de rien. Quand elle a eu son bac, je lui ai même offert une bague en or », a déclaré la dame.

Elle renseigne que son homonyme a vidé ses comptes Wave, Orange Money et bancaire. Une partie de l’argent constitue la pension de retraite de sa sœur qui est diabétique. Elle a ainsi réclamé à titre de dédommagement la somme de 2 millions 400 mille francs CFA.

A la suite du parquet qui a requis l’application de la loi, les avocats de Abdoulaye Melo ont sollicité sa relaxe. Selon eux, les retraits effectués par la fille étaient antérieurs à sa relation avec leur client. Ils sont également convaincus que leur client n’a jamais fait chanter la fille encore moins extorquée de l’argent.

Finalement, après en avoir délibéré, le tribunal a reconnu Binetou Diaw coupable d’abus de confiance. Elle a écopé d’une peine d’emprisonnement de 2 ans dont 6 mois ferme. Quant à Abdoulaye Melo, le tribunal après avoir disqualifié le fait d’extorsion de fonds en recel, l’a reconnue coupable de chef, mais également de collecte et diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs appartenant à autrui. Il est condamné à 2 ans dont 3 mois ferme.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT