Une police qui tue, nous sommes tous en sursis ! [Opinion]

Plus personne n’est à l’abri dans ce pays. On tue partout. Les Sénégalais sont tous menacés, car les crimes s’opèrent dans tous les lieux, jusque dans les commissariats, les brigades et les prisons.

Police Sénégal

Le dernier en date est la mort de Cheikh Niass, émigré sénégalais en vacances à Dakar, décédé après sa garde à vue au poste de police de Wakhinane Nimzatt (banlieue dakaroise).

La vésanie policière ensemence chaque jour des instincts homicides avec une barbarie indigeste qui n’émeut pas seulement les citoyens mais traumatise toute une Nation.

La monstruosité meurtrière de la police, née da l’abominable coït de la démence et du sadisme, installe le Sénégal dans une sauvagerie désordonnée.

Ce n’est pas la première fois et certainement ce ne sera pas la dernière fois que des bavures meurtrières sont constatées dans les commissariats, les gendarmeries et les prisons du Sénégal.

Lors des garde-à-vue comme dans le déroulement des enquêtes, la pratique de la torture est régulière.

Pourtant, les instruments juridiques nationaux et internationaux indiquent l’interdiction de la torture même dans les cas de graves. Mais au Sénégal, elle est considérée comme normale.

Pratiquement aucune norme ni règle n’est respectée dans les Commissariats de police, les Brigades de gendarmerie et les espaces carcéraux. Les droits-de-l’hommiste ont beau alerté et tiré sur la sonnette d’alarme. En vain !

Le juste est mis dans l’abîme, le droit est trahi et on donne le sceptre au crime, car les auteurs des bavures meurtrières sont souvent impunis.

Un simulacre de sanction pénale est souvent agité pour ensuite être rangée dans les tiroirs en attendant que le fautif bénéficie in fine d’un non-lieu !

L'arrogance est devenu le signe identitaire de policiers, de gendarmes et de pénitentiaires.

Le citoyen qui se rend dans un commissariat ou une gendarmerie pour une question de papiers administratifs est accueilli avec une violente arrogance et une abjecte condescendance qui heurte sa dignité.

Cette attitude est le signe prémonitoire des actes de tortures et des bavures que commettent ces gens dont le rôle est de protéger l’intégrité morale et physique de la personne et non la blesser ou de l’altérer.

Mais ils ne blessent pas seulement. Ils tuent sans aucune forme de procès !

Et la suite est un silo de déclarations et de décisions qui n’aboutissent à rien du tout.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Burkina : Damiba renonce à ses fonctions de Président

Burkina : Damiba renonce à ses fonctions de Président

Clash Akhlou Brick vs Ngaaka Blindé : Ara sort le gros calibre !

Clash Akhlou Brick vs Ngaaka Blindé : Ara sort le gros calibre !

Bamba Dieng sort du silence après son grand retour

Bamba Dieng sort du silence après son grand retour

Un derby du Championnat indonésien vire au drame : 127 morts dénombrés !

Un derby du Championnat indonésien vire au drame : 127 morts dénombrés !

Burkina : l’ambassade de France brûlé par les manifestants

Burkina : l’ambassade de France brûlé par les manifestants

Ministres virés du gouvernement : le jour d'après

Ministres virés du gouvernement : le jour d'après

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire