Affaire Astou Sokhna : Entre aveux et peines requises

L’affaire Astou Sokhna décédée en couchée a été jugée hier au tribunal de Louga.

Palais de Justice de Dakar

Dans son réquisitoire, le procureur a demandé la condamnation à un mois ferme contre les quatre sages-femmes placées sous mandat de dépôt dans l’affaire Astou Sokhna. Le parquet a demandé la relaxe des deux autres qui avaient été mises sous contrôle judiciaire depuis le début de la procédure. Durant toute la journée d’hier, les juges ont essayé de sérier les responsabilités sur le décès tragique de Mme Sokhna à l’Hôpital régional de Louga.

Les confessions du mari

Son mari, d’abord, a retracé le film de cette affaire qui ressemble à un film d’horreur : «Quand je suis venu, on m’a amené dans une salle d’attente. Ma femme était à l’intérieur et il n’y avait pas l’assistance qu’il fallait. (…) vers 22 heures, elle ressentait des douleurs avant d’enlever sa perfusion. Ensuite, elle m’a demandé d’appeler une sage-femme. Vers 4 heures du matin, la douleur persistait et une d’entre-elles a dit que si elle continuait, elle allait la faire sortir. A 5 heures, elle me disait qu’elle étouffait. Lorsque je suis sorti, sa mère m’a appelé, vers 5 heures 30, pour me dire qu’elle est décédée.» Sujet à risque, elle devait bénéficier d’une assistance régulière comme l’avait suggéré le gynécologue. «Comme c’est une grossesse à risque et qu’elle avait un dossier médical, je pense qu’on ne devait pas la faire patienter. Elle avait tellement mal qu’elle enlevait les perfusions», poursuit son mari, selon emedia.sn qui a décrypté les minutes de l’audience.

La version de la sage-femme, cheffe d’équipe

Cheffe d’équipe le matin au moment de l’admission de la défunte à la maternité, Amy Sène raconte : «On m’a dit qu’elle devait accoucher mais lorsque je l’ai diagnostiquée, je lui ai dit que le travail n’avait pas encore commencé. Je lui ai fait une analyse avant de donner l’ordonnance à son mari qui est parti l’acheter.» Elle poursuit : «Il y avait d’autres malades et je l’ai déplacée là où on met les opérées récentes. Je lui ai fait une deuxième perfusion. Elle avait son carnet de santé et on savait qu’elle avait des complications lors de sa première grossesse. Elle se plaignait de douleurs.»

Le juge l’interroge : «Saviez-vous qu’elle devait faire une césarienne ?» Elle ne savait pas. Mais, le juge a insisté sur la question. Elle répond : «On a bien fait notre travail. On relevait régulièrement les constantes. Sa tension était normale. Quand je l’ai interrogée, elle m’a rétorqué que son seul antécédent c’est la tension. J’avoue qu’on ne notait pas les constantes sur le dossier pour l’équipe qui devait prendre la relève.» «Si vous consultez une malade, vous devez régulièrement noter ça sur son dossier. D’ailleurs, si vous ne le notez pas, comment vous allez prouver que vous êtes venue ?, s’interroge le juge. Pourquoi le gynéco avait recommandé une visite pré-anesthésique ?» C’est pour faire une césarienne», répond-elle.

La ligne de défense des autres sages-femmes

Prévenue dans ce dossier, Ndèye Fatou Seck n’aurait pas suivi le dossier de Mme Sokhna : «J’avoue que j’ai aperçu Sokhna ce jour-là. On était en train d’accoucher une autre malade quand elle est venue. Je n’étais pas censée m’occuper d’elle, même si nous sommes une équipe. On était en service de 9 heures jusqu’à 22 heures. Je ne me suis pas approchée d’elle parce que personne ne m’a appelée.» Ngoné Ndiaye s’inscrit dans la même ligne de défense. Elle dit : «J’étais dans une autre salle au moment des faits. Amy m’a amené le dossier de Sokhna. Une malade programmée pour une visite pré-anesthésique doit être opérée dans les heures qui suivent. A ma connaissance, elle n’était pas dans l’urgence. Parce que Mme Sène m’a dit que sa tension était normale. Ce n’est pas moi qui l’ai examinée.»

Alors que Ndèye Khady Lô, cheffe d’équipe le soir, a avoué que Mme Sène lui a suggéré que la parturiente devait être surveillée et d’effectuer une visite pré-anesthésique. «J’ai remarqué dans son dossier qu’elle avait un antécédent et présentait une grossesse à risque. Je suis passée à trois reprises pour prendre de ses nouvelles. J’avais oublié d’écrire ce que j’ai relevé. On m’a dit qu’elle a enlevé la perfusion et je l’ai refait. Elle m’a dit qu’elle ne pouvait plus se tenir debout. C’est sa maman qui m’a appris le décès», avance-t-elle.

Le jugement sera rendu mercredi prochain

Pour rappel, quatre des six sages-femmes ont été placées sous mandat de dépôt le 19 avril, tandis que les deux autres ont été inculpées et remises en liberté, provoquant trois jours de grève de tout le personnel médical.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Top 6 des joueurs avec 100 victoires en sélection, le N°6 est une surprise !

Top 6 des joueurs avec 100 victoires en sélection, le N°6 est une surprise !

Vous allez jeter votre téléphone après avoir lu cet article !

Vous allez jeter votre téléphone après avoir lu cet article !

Vague de soutien à Richarlison, victime d'un geste raciste lors de Brésil-Tunisie

Vague de soutien à Richarlison, victime d'un geste raciste lors de Brésil-Tunisie

Bamako se méfie de Dakar [Opinion du Contributeur]

Bamako se méfie de Dakar [Opinion du Contributeur]

Ce ministre a été grugé de 400.000 FCFA

Ce ministre a été grugé de 400.000 FCFA

Plainte pour viol : Kalifone déféré !

Plainte pour viol : Kalifone déféré !

Nasser al-Khelaïfi au cœur d'un nouveau scandale

Nasser al-Khelaïfi au cœur d'un nouveau scandale

Neuf aliments pour faire le plein de Magnésium

Neuf aliments pour faire le plein de Magnésium

Amnistie de Karim Wade : le PDS n’en veut pas

Amnistie de Karim Wade : le PDS n’en veut pas